Rencontre écocitoyenne avec Julien Vidal

10/12/2019 | Observateurs du monde

Julien Vidal, auteur et fondateur du site Ça commence par moi s’est prêté au jeu de l’interview pour Ta Belle Mer. C’est avec joie que nous vous dévoilons cet article dans lequel Julien nous évoque son parcours, nous partage avec pertinence son regard sur l’éveil des consciences quant aux enjeux environnementaux et nous glisse même quelques astuces écocitoyennes !

 

Julien Vidal

© Catherine Delahaye

 

Comment t’es venue l’idée du projet Ça commence par moi ? Et en quoi consiste-t’il ?

Je ne pouvais plus continuer à vivre en disant aux autres de changer pour préserver le Vivant et à ne pas le faire de mon côté. Après avoir vécu dans des pays très touchés par les inégalités économiques et les catastrophes climatiques, je me suis dit qu’il était urgent d’agir à mon échelle et que ça commençait par moi d’œuvrer tous les jours à construire un monde plus durable, plus égalitaire et plus heureux. J’ai donc testé et adopté dans mon quotidien au total 365 actions écocitoyennes pour mettre de l’ambition dans mon changement et j’ai raconté cette aventure sur un site internet pour montrer que, si moi je pouvais m’y mettre, alors tout le monde pouvait le faire aussi. Plus le temps passe et plus je me rends compte qu’il est urgent de mettre de l’ambition dans la transformation de nos modes de vie qui doit se faire en profondeur, et ça tombe bien car c’est une opportunité extraordinaire de vivre mieux, d’être plus heureux, de retrouver du sens, etc…

Sur ton site, il y a plusieurs contributeurs qui partagent leurs astuces. Peux tu nous parler ce concept ?

Bien sûr. Tout le monde peut participer et partager ses bonnes pratiques. Aujourd’hui il y a plus de 400 actions écocitoyennes référencées sur le site Web et il me semblait primordial de montrer que vraiment tout le monde pouvait s’y mettre plutôt que d’opposer les gens : les jeunes, les vieux, les urbains, les provinciaux, les étudiants, les salariés, les chômeurs, les célibataires, les parents, etc… Au-delà de ça, l’idée est aussi de mettre l’accent sur ceux qui font et de leur permettre d’être fiers de leur démarche.
Cette fierté est un élément clé dans la contamination positive de ces valeurs écocitoyennes. Aujourd’hui, ces sujets sont non seulement devenus acceptables dans le débat public mais ils sont presque sur le point d’être « à la mode » et ça va nous permettre de toucher beaucoup plus de monde. 

Peux-tu nous présenter le livre que tu as sorti ?

C’est un ouvrage hors normes, bourré d’inventivité et d’outils concrets pour vous permettre de passer à l’action. Je trouve que, trop souvent, les livres sur le sujet nous laissent dans notre rôle de consommateur et nous limitent à une écologie individualisante. L’idée de ce livre, c’est qu’au contraire, la démarche écologique est sociale, collective et que pour faire face à l’urgence écologique, il est aussi important de changer ses habitudes que de rayonner autour de soi pour mobiliser son entourage.

C’est pour ça qu’il y a 365 actions pour réellement s’y mettre et avancer, mais surtout 50 pages d’outils détachables pour porter le changement autour de soi, que ce soit dans son foyer, son voisinage, son école ou encore son entreprise.

 

Julien Vidal

© Catherine Delahaye

 

Tu animes également une émission de radio hebdomadaire. Peux-tu nous en dire plus ?

J’ai effectivement animé un podcast intitulé « Ça commence par moi – l’émission » pendant 2 ans pour mettre en avant les acteurs du changement montrer que les choses bougent à tous les niveaux. Depuis la rentrée, j’ai mis ce projet en pause pour pouvoir me concentrer sur les chroniques que j’anime tous les mardis dans l’émission La Quotidienne sur France 5 mais je compte bien revenir en début d’année prochaine avec un projet de podcast qui nous permettra de voyager dans les futurs souhaitables.

Quel regard portes-tu sur l’éveil des consciences quant aux enjeux environnementaux, dans le milieu de l’entreprise notamment ?

On assiste à une situation qui est effectivement chaotique. L’être humain a visiblement besoin de se brûler les ailes, pour réagir.

Je crois cependant en notre capacité à faire preuve de créativité. Ça vaut le coup d’essayer de ralentir le processus du réchauffement climatique. Nous sommes à un moment charnière, ce serait dommage de ne pas contribuer à la construction d’un nouveau système, plus respectueux du vivant. A titre individuel, je ne me suis jamais senti aussi heureux que depuis que j’ai démarré ma démarche écocitoyenne. Cela a remis du sens dans ma vie et le bonheur mérite d’être la nouvelle boussole de notre société plutôt que de continuer à tout prix à courir derrière des points de croissance du PIB.

Ça vaut aussi le coup de se lancer vraiment pour les entreprises. C’est même un revirement stratégique qui est la seule option viable si les entreprises veulent continuer à exister dans les prochaines années…tant pour conserver des clients que pour être capables de continuer à attirer des talents dans leurs équipes.

 

© Catherine Delahaye

 

Que contiennent et comment se déroulent les ateliers de formations que tu animes au sujet de l’éco-citoyenneté, notamment dans le monde professionnel ?

Ce sont des bulles d’écocitoyenneté que je fais éclater le temps d’une conférence ou d’un atelier participatif. L’idée est de permettre aux participants de se rendre compte qu’ils sont déjà en train de cheminer sur la voie d’un monde plus durable, parfois à leur insu, et que c’est un parcours plein d’opportunités plutôt que d’obstacles. 

Selon toi, sur le sujet de la sensibilisation et du passage à l’action face au défi climatique, quel serait le livre, documentaire que tout le monde devrait découvrir ?

Le sujet du changement climatique est bien trop vaste pour le résumer à un seul bouquin. D’autant que ce n’est pas le seul défi auquel nous sommes confrontés… Il y a aussi la 6ème extinction des espèces, la pollution plastiques des océans, les inégalités sociales, etc… Plutôt que de recommander un livre ou film, je dirais qu’il faut radicalement changer notre manière de voir le monde, et ça passe par le choix des médias qui nous informent. Je trouve que nous avons la chance d’avoir des médias indépendants qui font un travail d’alerte et de propagation des alternatives absolument formidable. Je pense notamment à La Relève et La Peste, Mr Mondialisation, Positivr, Usbek & Rica, etc… 

© Catherine Delahaye

 

Une astuce à partager pour un bureau plus écoresponsable ?

Il est temps de donner plus de place au télétravail dans notre quotidien. C’est une pratique qui n’a que des vertus, tant au niveau de la réduction des déplacements que de l’augmentation de la productivité. Ça marche dans d’autres pays alors pourquoi pas chez nous ? 

els sont tes projets et objectifs pour 2020 ?

Comme je le disais, je travaille sur un nouveau podcast et je vais aussi m’attaquer à un nouveau livre sur le sujet de l’argent qui me semble un des leviers essentiels pour la construction du monde de demain. Et puis je vais bien entendu continuer à partager mon expérience partout où on me donnera l’opportunité de le faire.

Tous les liens utiles :

Le site Ça commence par moi

Le livre Ça va changer avec vous !

Les pages Instagram et Facebook

 

Rencontre écocitoyenne avec Julien Vidal

12122019 | Observateurs du monde

Julien Vidal, auteur et fondateur du site Ça commence par moi s’est prêté au jeu de l’interview pour Ta Belle Mer. C’est avec joie que nous vous dévoilons cet article dans lequel Julien nous évoque son parcours, nous partage avec pertinence son regard sur l’éveil des consciences quant aux enjeux environnementaux et nous glisse même quelques astuces écocitoyennes !

© Catherine Delahaye

 

Comment t’es venue l’idée du projet Ça commence par moi ? Et en quoi consiste-t’il ?


Je ne pouvais plus continuer à vivre en disant aux autres de changer pour préserver le Vivant et à ne pas le faire de mon côté. Après avoir vécu dans des pays très touchés par les inégalités économiques et les catastrophes climatiques, je me suis dit qu’il était urgent d’agir à mon échelle et que ça commençait par moi d’œuvrer tous les jours à construire un monde plus durable, plus égalitaire et plus heureux. J’ai donc testé et adopté dans mon quotidien au total 365 actions écocitoyennes pour mettre de l’ambition dans mon changement et j’ai raconté cette aventure sur un site internet pour montrer que si moi je pouvais m’y mettre alors tout le monde pouvait le faire aussi. Plus le temps passe et plus je me rends compte qu’il est urgent de mettre de l’ambition dans la transformation de nos modes de vie qui doit se faire en profondeur et ça tombe bien car c’est une opportunité extraordinaire de vivre mieux, d’être plus heureux, de retrouver du sens, etc…

 

Sur ton site, il y a plusieurs contributeurs qui partagent leurs astuces. Peux tu nous parler ce concept ?

Bien sûr. Tout le monde peut participer et partager ses bonnes pratiques. Aujourd’hui il y a plus de 400 actions écocitoyennes référencées sur le site Web et il me semblait primordial de montrer que vraiment tout le monde pouvait s’y mettre plutôt que d’opposer les gens : les jeunes, les vieux, les urbains, les provinciaux, les étudiants, les salariés, les chômeurs, les célibataires, les parents, etc… Au-delà de ça, l’idée est aussi de mettre l’accent sur ceux qui font et de leur permettre d’être fiers de leur démarche.

Cette fierté est un élément clé dans la contamination positive de ces valeurs écocitoyennes. Aujourd’hui, ces sujets sont non seulement devenus acceptables dans le débat public mais ils sont presque sur le point d’être « à la mode » et ça va nous permettre de toucher beaucoup plus de monde.

 

Peux-tu nous présenter le livre que tu as sorti ?


C’est un ouvrage hors normes, bourré d’inventivité et d’outils concrets pour vous permettre de passer à l’action. Je trouve que, trop souvent, les livres sur le sujet nous laissent dans notre rôle de consommateur et nous limitent à une écologie individualisante. L’idée de ce livre, c’est qu’au contraire, la démarche écologique est sociale, collective et que pour faire face à l’urgence écologique, il est aussi important de changer ses habitudes que de rayonner autour de soi pour mobiliser son entourage.

C’est pour ça qu’il y a 365 actions pour réellement s’y mettre et avancer mais surtout 50 pages d’outils détachables pour porter le changement autour de soi, que ce soit dans son foyer, son voisinage, son école ou encore son entreprise.

 

© Catherine Delahaye

 

Tu animes également une émission de radio hebdomadaire. Peux-tu nous en dire plus ?


J’ai effectivement animé un podcast intitulé « 
Ça commence par moi – l’émission » pendant 2 ans pour mettre en avant les acteurs du changement montrer que les choses bougent à tous les niveaux. Depuis la rentrée, j’ai mis ce projet en pause pour pouvoir me concentrer sur les chroniques que j’anime tous les mardis dans l’émission La Quotidienne sur France 5 mais je compte bien revenir en début d’année prochaine avec un projet de podcast qui nous permettra de voyager dans les futurs souhaitables.

Quel regard portes-tu sur l’éveil des consciences quant aux enjeux environnementaux, dans le milieu de l’entreprise notamment ?

On assiste à une situation qui est effectivement chaotique. L’être humain a visiblement besoin de se brûler les ailes, pour réagir.

Je crois cependant en notre capacité à faire preuve de créativité. Ça vaut le coup d’essayer de ralentir le processus du réchauffement climatique. Nous sommes à un moment charnière, ce serait dommage de ne pas contribuer à la construction d’un nouveau système, plus respectueux du vivant. A titre individuel, je ne me suis jamais senti aussi heureux que depuis que j’ai démarré ma démarche écocitoyenne. Cela a remis du sens dans ma vie et le bonheur mérite d’être la nouvelle boussole de notre société plutôt que de continuer à tout prix à courir derrière des points de croissance du PIB.

Ça vaut aussi le coup de se lancer vraiment pour les entreprises. C’est même un revirement stratégique qui est la seule option viable si les entreprises veulent continuer à exister dans les prochaines années…tant pour conserver des clients que pour être capables de continuer à attirer des talents dans leurs équipes.

 

© Catherine Delahaye

 

Que contiennent et comment se déroulent les ateliers de formations que tu animes au sujet de l’éco-citoyenneté, notamment dans le monde professionnel ?

Ce sont des bulles d’écocitoyenneté que je fais éclater le temps d’une conférence ou d’un atelier participatif. L’idée est de permettre aux participants de se rendre compte qu’ils sont déjà en train de cheminer sur la voie d’un monde plus durable, parfois à leur insu, et que c’est un parcours plein d’opportunités plutôt que d’obstacles. 

 

Selon toi, sur le sujet de la sensibilisation et du passage à l’action face au défi climatique, quel serait le livre, documentaire que tout le monde devrait découvrir ?

Le sujet du changement climatique est bien trop vaste pour le résumer à un seul bouquin. D’autant que ce n’est pas le seul défi auquel nous sommes confronté…il y a aussi la 6ème extinction des espèces, la pollution plastiques des océans, les inégalités sociales, etc…plutôt que de recommander un livre je dirais qu’il faut radicalement changer notre manière de voir le monde et ça passe par le choix des médias qui nous informent. Je trouve que nous avons la chance d’avoir des médias indépendants qui font un travail d’alerte et de propagation des alternatives absolument formidable. Je pense notamment à La Relève et La Peste, Mr Mondialisation, Positivr, Usbek & Rica, etc…

 

© Catherine Delahaye

 

Une astuce à partager pour un bureau plus écoresponsable ?

Il est temps de donner plus de place au télétravail dans notre quotidien. C’est une pratique qui n’a que des vertus, tant au niveau de la réduction des déplacements que de l’augmentation de la productivité. Ça marche dans d’autres pays alors pourquoi pas chez nous ?

Quels sont tes projets et objectifs pour 2020 ?

 

Comme je le disais, je travaille sur un nouveau podcast et je vais aussi m’attaquer à un nouveau livre sur le sujet de l’argent qui me semble un des leviers essentiels pour la construction du monde de demain. Et puis je vais bien entendu continuer à partager mon expérience partout où on me donnera l’opportunité de le faire. 

 

Tous les liens utiles :

Le site Ça commence par moi

Le livre Ça va changer avec vous !

Les pages Instagram et Facebook