Rencontre avec Julien, cofondateur de Blutopia

16/01/2019 | Observateurs du monde

Chez Ta Belle Mer, nous adorons vous parler des initiatives qui chaque jour se développent pour permettre à l’océan de retrouver sa grandeur. Aussi, il était indispensable pour nous de laisser la parole sur notre blog à Julien, le co-fondateur de Blutopia, le média qui fait des vagues ! 

Blutopia Julien et Malaury

©Blutopia 

Bonjour Julien, si tu commençais par nous en dire un peu plus sur ton parcours ainsi que sur celui de ton associée Malaury ?

Malaury, la co-fondatrice de Blutopia, qui est aussi ma compagne, a un parcours plutôt classique. Après un bac S, une pépa à Bordeaux et une école de commerce à Paris – ESCP Business School pour les curieux·ses – c’est à travers un stage chez makesense for entrepreneurs, qui s’est prolongé avec des missions en freelance, qu’elle a découvert l’entrepreneuriat à impact.
 
Pour moi, c’est un peu plus chaotique ! j’ai commencé par une prépa à Bordeaux. C’est d’ailleurs là qu’on s’est rencontré avec Malaury. Mais je suis parti au bout de 7 mois. J’ai été charpentier pendant 2 ans avant de me lancer dans la plongée sous-marine. Je suis devenu instructeur de plongée en avril 2016 et j’ai travaillé en Sardaigne et aux Maldives avant de rentrer pour lancer Blutopia avec Malaury.
 
Lors du tournage de notre première série documentaire L’autre confort, je me suis pris de passion pour la vidéo. Aujourd’hui, c’est mon métier à temps plein chez Studio Plouf, le studio créatif à destination des projets engagés qui sera lancé officiellement d’ici quelques semaines. Alors oui, il n’y a aucun post mais ça va arriver, promis !
 

Peux-tu nous présenter Blutopia ?

Blutopia est un média positif qui centralise les vraies solutions pour protéger l’océan.

On a eu un déclic en 2017. On s’est lancés à la conquête du zéro déchet et on est devenus véganes presque du jour au lendemain. Pourtant, on s’est vite rendus compte que ça ne suffisait pas. On devait être beaucoup plus nombreux·ses à agir. En parallèle, on a découvert que des centaines de solutions existaient pour protéger l’océan. Le problème, c’est que celles-ci ne sont pas connues du grand public. Alors, au lieu de créer une énième solution, on s’est dit qu’il valait mieux les promouvoir. 

Concrètement, on informe les citoyen·ne·s sur l’importance de l’océan et sur son rôle vital pour tou·te·s les vivant·e·s à travers différents formats :

• des documentaires ; à ce propos, L’autre confort, notre première série documentaire sur les solutions à la pollution plastique, sort le 3 octobre 2020. On a pour ambition de mobiliser des bénévoles pour organiser 50 projections à travers le monde. Alors, si ça vous tente, faites-le nous savoir en remplissant ce formulaire.
 

Dans les mois qui arrivent, on a envie d’organiser beaucoup plus d’événements parce qu’on se rend compte que ça reste le meilleur moyen pour motiver les gens à changer. Et on commence fort avec la première édition du festival Blutopia qui aura lieu le 3 octobre 2020 à La Rochelle.
 

Aussi, on a envie de reprendre la caméra pour réaliser d’autres documentaires. On a déjà nos petites idées.
Blutopia océan

©Blutopia 

Quelles sont les actions que vous menez au quotidien avec Blutopia et avec quel(s) objectif(s)?

On va en décevoir plus d’un·e mais on ne fait pas beaucoup d’actions tangibles. Par exemple, on n’est pas fans des collectes de déchets. On préfère se concentrer sur la réduction à la source pour fermer le robinet, traiter les causes de la maladie plutôt que les symptômes. C’est pour ça qu’on relaie toutes les solutions qu’on découvre pour que les citoyen·ne·s se les approprient. 

En revanche, en septembre 2020, on lance le sac Blutopia. Ce sont des sacs cousus par des bénévoles à partir de tissus donnés, et distribués gratuitement à celles et ceux qui utilisent encore des sacs plastiques. L’objectif est d’offrir la première solution pour protéger l’océan, mais surtout d’échanger avec ces personnes pour leur donner envie d’aller encore plus loin.
 
Et puis, comme je le disais, on travaille sur d’autres documentaires. Ça prend du temps mais c’est un levier très fort pour toucher un maximum de monde et diffuser des messages importants.

 

Qu’est-ce que le “Festival Blutopia” qui se déroulera le 3 octobre à La Rochelle ?

Le festival Blutopia, c’est l’évènement à ne pas manquer ! Durant toute cette journée, les participant·e·s pourront faire le plein de solutions à la pollution plastique et repartir avec la banane ! La journée commencera par une séance de méditation et yoga sur la plage pour se reconnecter à l’océan, suivie d’une collecte de déchets scientifique en collaboration avec 4P SHORE & SEAS. 
 
Après la collecte, les déchets seront triés et monétisés. Plus les personnes ramasseront de déchets, plus elles auront de Bluto-coins à dépenser sur un marché vintage. Les déchets seront ensuite utilisés pour compléter l’oeuvre d’art Plastic Vortex de Marie-Laure Bruneau du collectif Art Eco. 
 
Mais ce n’est pas tout. L’après-midi, il y aura de la bonne musique, un marché de solutions pour protéger l’océan, des ateliers DIY pour passer à l’action et une exposition de dessins engagés.
 
Enfin, la journée se terminera par une table ronde en présence de The SeaCleaners, Hopaal et 4P SHORE & SEAS, et la diffusion en avant-première de l’épisode 4 de notre série documentaire L’autre confort.
 
À vos agendas : 3 octobre, de 9h à 22h, à La Rochelle. On se voit là-bas ?

Blutopia collecte de déchets

©Blutopia 

Quelles sont les prochaines actualités de Blutopia ?

Une fois le festival passé, on va se concentrer sur la diffusion de notre série documentaire L’autre confort. On a préparé un kit de projection pour que n’importe qui puisse organiser une projection dans sa ville. 
 
En parallèle, on va continuer d’organiser des événements à La Rochelle et de développer le projet du sac Blutopia dans d’autres villes en France.
 
Blutopia est une association et comme beaucoup, le financement est un vrai casse-tête. On tient à être totalement indépendants et on n’a pas envie d’être financés par n’importe quelle entreprise. Problème, celles qui ont les moyens sont très souvent peu recommandables. Alors pour que l’association soit pérenne, on préfère dépendre de notre propre communauté. Début 2021, on lance le cadre qui protège l’océan : un cadre avec nos plus belles photos fait partir de plastique recyclé par Le Pavé, en collaboration avec l’atelier Pop Frame. En ayant un bout d’océan dans leur salon, on espère que ça motivera les gens à aller encore plus loin !
 
Et si on trouve le temps, on réfléchira aux autres projets de documentaires qui nous trottent dans la tête. Après la pollution plastique, on a envie de traiter les sujets de l’alimentation et de la finance. Affaire à suivre.
 

Votre rêve avec Blutopia ça serait de parvenir à…

Un océan sans plastique, sans pollution. Un océan avec une biodiversité éclatante, en parfaite santé. C’est ce que signifie Blutopia. Alors, on est lucide. Il y aura toujours de la pollution dans l’océan mais on peut tou·te·s agir pour se rapprocher de cette utopie. Et puis comme dit Pierre Rabhi : “Les utopies d’aujourd’hui sont les solutions de demain.”

 

Blutopia protection océan

©Blutopia 

Un conseil ou une astuce à partager pour une vie au bureau plus durable ?

Éteignez tout quand vous quittez le bureau ! Quand je dis éteindre, ce n’est pas juste mettre en veille ou éteindre la lumière. Débrancher les prises ! Ça ne se voit pas mais ça a un impact énorme sur la planète. Et puis, si la facture de l’électricité (chez un fournisseur d’énergies renouvelables comme Enercoop, bien sûr) baisse et que vous y êtes pour quelque chose, vous pourrez alors demander une augmentation ! 

Merci Julien et à bientôt !

 

Envie de faire d’autres rencontres positives et durables ?

Partez à la rencontre de Florence Baitinger, la co-fondatrice de Gobi, qui nous raconte l’origine de Gobi et la création de leur nouveau modèle, une gourde en verre 100 % fabriquée en France !

Découvrez le parcours de Sarah Hauser, Windsurfeuse professionnelle, qui concilie sa vie d’athlète avec ses engagements, à la fois pour la préservation de d’environnement mais également en oeuvrant à l’autonomisation des femmes à travers l’enjeu de l’accès à l’eau potable.

Chez Ta Belle Mer, nous adorons vous parler des initiatives qui chaque jour se développent pour permettre à l’océan de retrouver sa grandeur. Aussi, il était indispensable pour nous de laisser la parole sur notre blog à Julien, le co-fondateur de Blutopia, le média qui fait des vagues ! 

Blutopia Julien et Malaury

©Blutopia

Bonjour Julien, si tu commençais par nous en dire un peu plus sur ton parcours ainsi que sur celui de ton associée Malaury ?

Malaury, la co-fondatrice de Blutopia, qui est aussi ma compagne, a un parcours plutôt classique. Après un bac S, une pépa à Bordeaux et une école de commerce à Paris (ESCP Business School pour les curieux·ses.) c’est à travers un stage chez makesense for entrepreneurs (qui s’est prolongé avec des missions en freelance) qu’elle a découvert l’entrepreneuriat à impact.

Pour moi, c’est un peu plus chaotique ! j’ai commencé par une prépa à Bordeaux. C’est d’ailleurs là qu’on s’est rencontré avec Malaury. Mais je suis parti au bout de 7 mois. J’ai été charpentier pendant 2 ans avant de me lancer dans la plongée sous-marine. Je suis devenu instructeur de plongée en avril 2016 et j’ai travaillé en Sardaigne et aux Maldives avant de rentrer pour lancer Blutopia avec Malaury.
 
Lors du tournage de notre première série documentaire L’autre confort, je me suis pris de passion pour la vidéo. Aujourd’hui, c’est mon métier à temps plein chez Studio Plouf, le studio créatif à destination des projets engagés qui sera lancé officiellement d’ici quelques semaines. Alors oui, il n’y a aucun post mais ça va arriver, promis !

 

Peux-tu justement nous présenter Blutopia ?

Blutopia est un média positif qui centralise les vraies solutions pour protéger l’océan.

On a eu un déclic en 2017. On s’est lancés à la conquête du zéro déchet et on est devenus véganes presque du jour au lendemain. Pourtant, on s’est vite rendus compte que ça ne suffisait pas.On devait être beaucoup plus nombreux·ses à agir.

En parallèle, on a découvert que des centaines de solutions existaient pour protéger l’océan. Le problème, c’est que celles-ci ne sont pas connues du grand public. Alors, au lieu de créer une énième solution, on s’est dit qu’il valait mieux les promouvoir. 

Concrètement, on informe les citoyen·ne·s sur l’importance de l’océan et sur son rôle vital pour tou·te·s les vivant·e·s à travers différents formats:

un compte instagram

• des documentaires ; à ce propos, L’autre confort, notre première série documentaire sur les solutions à la pollution plastique, sort le 3 octobre 2020. On a pour ambition de mobiliser des bénévoles pour organiser 50 projections à travers le monde. Alors, si ça vous tente, faites-le nous savoir en remplissant ce formulaire.
 

Dans les mois qui arrivent, on a envie d’organiser beaucoup plus d’événements parce qu’on se rend compte que ça reste le meilleur moyen pour motiver les gens à changer. Et on commence fort avec la première édition du festival Blutopia qui aura lieu le 3 octobre 2020 à La Rochelle.
 

Aussi, on a envie de reprendre la caméra pour réaliser d’autres documentaires. On a déjà nos petites idées.

 

Gourde en verre made in France

©Blutopia

Quelles sont les actions que vous menez au quotidien avec Blutopia et avec quel(s)objectif (s)?

On va en décevoir plus d’un·e mais on ne fait pas beaucoup d’actions tangibles. Par exemple, on n’est pas fans des collectes de déchets. On préfère se concentrer sur la réduction à la source pour fermer le robinet, traiter les causes de la maladie plutôt que les symptômes.

C’est pour ça qu’on relaie toutes les solutions qu’on découvre pour que les citoyen·ne·s se les approprient. 

En revanche, en septembre 2020, on lance le sac Blutopia. Ce sont des sacs cousus par des bénévoles à partir de tissus donnés, et distribués gratuitement à celles et ceux qui utilisent encore des sacs plastiques. L’objectif est d’offrir la première solution pour protéger l’océan, mais surtout d’échanger avec ces personnes pour leur donner envie d’aller encore plus loin.
 
Et puis, comme je le disais, on travaille sur d’autres documentaires. Ça prend du temps mais c’est un levier très fort pour toucher un maximum de monde et diffuser des messages importants.

 

Qu’est-ce que le “Festival Blutopia” qui se déroulera le 3 octobre à La Rochelle ?

Le festival Blutopia, c’est l’évènement à ne pas manquer ! Durant toute cette journée, les participant·e·s pourront faire le plein de solutions à la pollution plastique et repartir avec la banane !

La journée commencera par une séance de méditation et yoga sur la plage pour se reconnecter à l’océan, suivie d’une collecte de déchets scientifique en collaboration avec 4P SHORE & SEAS. 
 
Après la collecte, les déchets seront triés et monétisés. Plus les personnes ramasseront de déchets, plus elles auront de Bluto-coins à dépenser sur un marché vintage. Les déchets seront ensuite utilisés pour compléter l’oeuvre d’art Plastic Vortex de Marie-Laure Bruneau du collectif Art Eco. 
 
Mais ce n’est pas tout. L’après-midi, il y aura de la bonne musique, un marché de solutions pour protéger l’océan, des ateliers DIY pour passer à l’action et une exposition de dessins engagés.
 
Enfin, la journée se terminera par une table ronde en présence de The SeaCleaners, Hopaal et 4P SHORE & SEAS, et la diffusion en avant-première de l’épisode 4 de notre série documentaire L’autre confort.
 
À vos agendas : 3 octobre, de 9h à 22h, à La Rochelle. On se voit là-bas ?

 

Blutopia collecte de déchets

©Blutopia

Quelles sont les prochaines actualités de Blutopia ?

Une fois le festival passé, on va se concentrer sur la diffusion de notre série documentaire L’autre confort. On a préparé un kit de projection pour que n’importe qui puisse organiser une projection dans sa ville. En parallèle, on va continuer d’organiser des événements à La Rochelle et de développer le projet du sac Blutopia dans d’autres villes en France.

Blutopia est une association et comme beaucoup, le financement est un vrai casse-tête. On tient à être totalement indépendant et on n’a pas envie d’être financé par n’importe quelle entreprise. Problème, celles qui ont les moyens sont très souvent peu recommandables. Alors pour que l’association soit pérenne, on préfère dépendre de notre propre communauté. Début 2021, on lance le cadre qui protège l’océan : un cadre avec nos plus belles photos fait partir de plastiques recyclés par Le Pavé, en collaboration avec l’atelier Pop Frame. En ayant un bout d’océan dans leur salon, on espère que ça motivera les gens à aller encore plus loin !

Et si on trouve le temps, on réfléchira aux autres projets de documentaires qui nous trottent dans la tête. Après la pollution plastique, on a envie de traiter les sujets de l’alimentation et de la finance. Affaire à suivre.

Votre rêve avec Blutopia ça serait de parvenir à…

Un océan sans plastique, sans pollution. Un océan avec une biodiversité éclatante, en parfaite santé. C’est ce que signifie Blutopia. Alors, on est lucide. Il y aura toujours de la pollution dans l’océan mais on peut tou·te·s agir pour se rapprocher de cette utopie. Et puis comme dit Pierre Rabhi : “Les utopies d’aujourd’hui sont les solutions de demain.”

 

Blutopia protection océan

©Blutopia

Un conseil ou une astuce à partager pour une vie au bureau plus durable ?

Éteignez tout quand vous quittez le bureau ! Quand je dis éteindre, ce n’est pas juste mettre en veille ou éteindre la lumière. Débrancher les prises ! Ça ne se voit pas mais ça a un impact énorme sur la planète. Et puis, si la facture de l’électricité (chez un fournisseur d’énergies renouvelables comme Enercoop, bien sûr) baisse et que vous y êtes pour quelque chose, vous pourrez alors demander une augmentation ! 

Merci Julien et à bientôt !

 

Envie de faire d’autres rencontres positives et durables ?

Partez à la rencontre de Florence Baitinger, la co-fondatrice de Gobi, qui nous raconte l’origine de Gobi et la création de leur nouveau modèle, une gourde en verre 100 % fabriquée en France !

Découvrez le parcours de Sarah Hauser, Windsurfeuse professionnelle, qui concilie sa vie d’athlète avec ses engagements, à la fois pour la préservation de d’environnement mais également en oeuvrant à l’autonomisation des femmes à travers l’enjeu de l’accès à l’eau potable.