Prenez le large avec Wings of the Ocean !

16/01/2019 | Rencontre avec...

C’est avec joie que nous vous dévoilons l’interview de l’association Wings of the Ocean qui fait partie avec Coral Guardian des deux associations que nous soutenons dans le cadre 1% for the Planet. 

Rencontre avec Maud Martin, responsable communication qui nous en apprend plus sur les différentes actions de dépollution de l’océan menées par Wings of the Ocean !

Wings of the Ocean à l'Etang de Berre

©Wings of the Ocean

Pouvez-vous nous présenter  » Wings of the Ocean » ?

Wings of the Ocean est une jeune association française de dépollution, fondée en 2018. Nous intervenons sur la question de la protection des océans et nos opérations de ramassage de déchets ont lieu sur les plages et littoraux. Nous effectuons des actions de sensibilisation aux questions de la pollution plastique et incitons par tous les moyens à tendre vers un mode de vie zéro-déchet. Nous encourageons et accompagnons toute action permettant d’éviter la consommation de plastique pour les particuliers et les entreprises.

Comment l’association a-t-elle vu le jour ?

Elle est née sous l’impulsion de Julien Wosnitza et Sébastien Fau, qui se sont rencontrés chez Sea Shepherd lors de campagnes anti-braconnage. L’idée première était de dépolluer l’océan à la voile, offrant ainsi un complément sur la protection des océans. Aujourd’hui, nous accueillons des bénévoles sur le long terme (minimum 1 mois) au sein de nos projets et ils constituent nos équipes de dépollution sur les littoraux.

Quelles sont vos actions et votre démarche ?

Nous avons 3 axes d’action principaux : d’une part, la dépollution en elle-même. Ensuite la comptabilisation et la caractérisation des déchets ramassés, en partenariat avec une autre association, pour obtenir des données utiles nous permettant de travailler sur les producteurs de déchets. Et enfin la sensibilisation des publics à la question de la pollution plastique : stands, conférences, journées d’accueil des entreprises, partenariats, interventions dans les écoles, etc.

Dépollution Etang de Berre

©Wings of the Ocean

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre bateau ?

Le flagship de l’association est le Kraken, un trois mât de 42 m de long. C’est un ancien chalutier qui a été transformé au milieu des années 80 pour accueillir des passagers. Sa dernière mission s’est déroulée en Atlantique, sur les îles de la Macaronésie: Madère et les Canaries.

Kraken en mer Wings of the Ocean

©Wings of the Ocean

 Quels sont vos endroits de prédilection pour mener vos missions ?

 Nous avons eu, cette année, 2 projets sur les littoraux méditerranéens : le projet de l’Étang de Berre, près de Marseille, qui a vocation à s’ancrer dans ce territoire et à se répéter d’années en années, pour pouvoir proposer des solutions locales durables et affirmer des partenariats sur la durée, aussi bien avec d’autres associations qu’avec les municipalités et les entreprises. Le projet de la Mission Sud est un projet de sensibilisation itinérant, de Sète à Nice, qui a commencé début août et qui vient de se terminer. Les futures missions du Kraken, qui revient tout juste de l’Atlantique, vont se dérouler l’année prochaine dans le cadre d’un programme méditerranéen, entre la France, l’Italie et la Grèce.

Comment percevez-vous l’implication des personnes rencontrées lors des expéditions ?

 Soit ce sont des gens qui sont déjà sensibilisés, soit des curieux, soit des passionnés de voile. En général, le public est curieux et pose beaucoup de questions. Nous avons aussi de très bons échanges avec les enfants lors des visites du bateau ou des interventions dans les classes.

Clean walk de Wings of the Ocean

©Wings of the Ocean

Quels sont les sujets brûlants qui vont concerner vos futurs projets durant l’année 2022 ?

Les missions à venir du Kraken, une implication du monde de la voile dans les dépollutions est en réflexion ainsi qu’une réplique du programme de l’Étang de Berre, très implanté localement et à fort impact.

Merci Maud et à bientôt !

Envie de faire d’autres rencontres positives et durables ?

Plongez aux côté de l’association  Coral Guardianqui protège et restaure les récifs de coraux dans le monde.

Partez à la rencontre de de Rémi Camus , aventurier engagé et  formateur en survie s’est prêté au jeu de l’interview Ta Belle Mer.

 

C’est avec joie que nous vous dévoilons l’interview de l’association Wings of the Ocean qui fait partie avec Coral Guardian des deux associations que nous soutenons dans le cadre 1% for the Planet. 

Rencontre avec Maud Martin, responsable communication qui nous en apprend plus sur les différentes actions de dépollution de l’océan menées par Wings of the Ocean !

Wings of the Ocean à l'Etang de Berre

©Wings of the Ocean

Pouvez-vous nous présenter  » Wings of the Ocean » ?

Wings of the Ocean est une jeune association française de dépollution, fondée en 2018. Nous intervenons sur la question de la protection des océans et nos opérations de ramassage de déchets ont lieu sur les plages et littoraux. Nous effectuons des actions de sensibilisation aux questions de la pollution plastique et incitons par tous les moyens à tendre vers un mode de vie zéro-déchet. Nous encourageons et accompagnons toute action permettant d’éviter la consommation de plastique pour les particuliers et les entreprises.

Comment l’association a-t-elle vu le jour ?

Elle est née sous l’impulsion de Julien Wosnitza et Sébastien Fau, qui se sont rencontrés chez Sea Shepherd lors de campagnes anti-braconnage. L’idée première était de dépolluer l’océan à la voile, offrant ainsi un complément sur la protection des océans. Aujourd’hui, nous accueillons des bénévoles sur le long terme (minimum 1 mois) au sein de nos projets et ils constituent nos équipes de dépollution sur les littoraux.

 

Quelles sont vos actions et votre démarche ?

Nous avons 3 axes d’action principaux : d’une part, la dépollution en elle-même. Ensuite la comptabilisation et la caractérisation des déchets ramassés, en partenariat avec une autre association, pour obtenir des données utiles nous permettant de travailler sur les producteurs de déchets. Et enfin la sensibilisation des publics à la question de la pollution plastique : stands, conférences, journées d’accueil des entreprises, partenariats, interventions dans les écoles, etc.

 

 

Dépollution Etang de Berre

©Wings of the Ocean

Pouvez-vous nous en dire plus sur votre bateau ?

Le flagship de l’association est le Kraken, un trois mât de 42 m de long. C’est un ancien chalutier qui a été transformé au milieu des années 80 pour accueillir des passagers. Sa dernière mission s’est déroulée en Atlantique, sur les îles de la Macaronésie: Madère et les Canaries.

Kraken en mer Wings of the Ocean

©Wings of the Ocean

 

Quels sont vos endroits de prédilection pour mener vos missions ?

 Nous avons eu, cette année, 2 projets sur les littoraux méditerranéens : le projet de l’Étang de Berre, près de Marseille, qui a vocation à s’ancrer dans ce territoire et à se répéter d’années en années, pour pouvoir proposer des solutions locales durables et affirmer des partenariats sur la durée, aussi bien avec d’autres associations qu’avec les municipalités et les entreprises. Le projet de la Mission Sud est un projet de sensibilisation itinérant, de Sète à Nice, qui a commencé début août et qui vient de se terminer. Les futures missions du Kraken, qui revient tout juste de l’Atlantique, vont se dérouler l’année prochaine dans le cadre d’un programme méditerranéen, entre la France, l’Italie et la Grèce.

 

Comment percevez-vous l’implication des personnes rencontrées lors des expéditions ?

 Soit ce sont des gens qui sont déjà sensibilisés, soit des curieux, soit des passionnés de voile. En général, le public est curieux et pose beaucoup de questions. Nous avons aussi de très bons échanges avec les enfants lors des visites du bateau ou des interventions dans les classes.

Clean walk de Wings of the Ocean

©Wings of the Ocean

Quels sont les sujets brûlants qui vont concerner vos futurs projets durant l’année 2022 ?

Les missions à venir du Kraken, une implication du monde de la voile dans les dépollutions est en réflexion ainsi qu’une réplique du programme de l’Étang de Berre, très implanté localement et à fort impact.

Merci Maud et à bientôt ! 

Envie de faire d’autres rencontres positives et durables ?

Plongez aux côté de l’association  Coral Guardianqui protège et restaure les récifs de coraux dans le monde.

Partez à la rencontre de de Rémi Camus , aventurier engagé et  formateur en survie s’est prêté au jeu de l’interview Ta Belle Mer.